la dernière guerre du soldat Hungry

par Dorcy Rugamba

– Dis-moi Hungry, tout à l’heure quand tu m’a dit que tu avais déjà tué des centaines de personnes et qu’en tuer une de plus ça ne changeait rien pour toi, c’était un bluff ou pas ?

– Pourquoi tu me demande ça ?

– Si ce que tu m’a dit est vrai, je suis prêt à revoir ton bénéfice à la hausse

– Qu’est ce que ça change que j’ai pu tuer des gens ou pas

– Ca change tout ! Qu’est-ce qu’on fait si les Anglais ne nous croient pas ? Faisons le film. Je vais leur envoyer une photo du Pasteur avec une arme pointée sur la tempe et leur ferai dire que nous détenons deux de leurs employés. Qu’ils ont trois jours pour payer sinon cuic. Jusque là nous sommes d’accord ?

– Continue

– Maintenant qu’est-ce qui se passe s’ils ne nous croient pas les Anglais ?

– Pourquoi veux-tu qu’ils ne nous croient pas. Sa femme a déjà dû prévenir la compagnie. A l’heure qu’il est la police doit être à sa recherche. Si tu leur envoie une photo une arme pointée sur lui, pourquoi veux-tu qu’ils ne nous croient pas ?

– Tu as raison. La photo est notre carte maîtresse. Quand nous l’abattrons ils se coucherons c’est sûr. Mais on ne peut aller à ce niveau de jeu avec une seule carte dans la manche

– Vas-y, va jusqu’au bout

– Suppose qu’il y ait un connard d’Anglais, parce que ce sont des connards les Anglais, ce sont eux qui ont inventé le Black Jack ! Eh bien suppose qu’à la $HELL, il se disent : encore une histoire de paumés ! On va leur foutre la trouille et ils vont se pisser dessus. Et ce ne sont pas les menaces qui leur manquent tu le sais bien. Qu’est-ce qu’on fait HUNGRY ? C’est là que ça devient intéressant d’avoir un associé qui ne tremble pas. Parce que je te jure, s’ils nous prennent pour des pédés, on va leur montrer qu’on a des couilles entre les pattes. On va sortir un joker et l’abattre sur la table

– J’ai peur de te comprendre FOOL

– Comprends-moi bien mon grand, comprends vite surtout. Nous sommes déjà au milieu du gué, nous ne pouvons plus reculer là. Nous devons être prêts à toutes les éventualités. Si les Anglais dépassent les délais, il faut les punir tout de suite. CLAC, un petit cercueil sur le pas de la porte aux premières lueurs du jour et là crois-moi, ils vont se chier dessus.

– Est-ce que tu ne serais pas en train de me suggérer de tuer ma nièce Fool ?

– Je ne sais pas si tu sais dans quoi tu t’est engagé HUNGRY, nous sommes dans la cour des grands, là. A ce niveau de jeu, tu ne peux pas tuer UPRISING par ce qu’elle n’existe pas. UPRISING morte, le monde continuera de tourner comme la veille. UPRISING, ce n’est pas KENNEDY à Dallas si tu vois ce que je veux dire ! Il n’y a pas de quoi trembler.

– C’est toi qui ne vaut rien. Tiens reprends ton téléphone et tes dollars de merde. Tu peux garder tes millions, je n’en ai rien à foutre. Tire-toi d’ici avant que je ne…

– Attends, écoute, je t’explique …écoute moi … UPRISING dans sa fougue est incapable de comprendre la subtilité du monde mais toi tu es un vieux renard  (Hungry se rue sur lui et commence à le rosser, il l’étrangle jusqu’à le faire taire. Fool gît au sol, inanimé )

– Casse-toi FOOL avant qu’il ne soit trop tard

Long silence…toujours allongé sur le dos, Fool revient à lui, lentement, sa voix est douce, il contemple la nuit   

– Tu vois ce ciel là-haut Hungry, et cette voute parsemée d’étoiles, tout y est calme n’est-ce pas ? De temps en temps une étoile filante déchire la nuit mais en rien cela ne perturbe l’ordre du ciel. Regarde bien ce ciel soldat, c’est une réalité lointaine qui se situe à des années lumières d’ici. Rien de semblable n’existe sur terre. Rien sur la terre n’aspire à l’harmonie. A quelques kilomètres d’ici, à Londres se dresse au-dessus de la Tamise une autre voûte constellée d’étoiles, toutes filantes, qui montent et qui descendent dans une course folle et sans fin. La $HELL est une de ces étoiles. Un compteur qui court en nano-secondes comptabilise nuit et jour la guerre que se livrent ces étoiles sur toute l’étendue du globe. On l’appelle DOW JONES en Amérique et FOOTSIE à Londres. C’est l’oracle du monde. Quand il s’enrhume, le monde éternue. Quand le jour se couche sur la Tamise, le compteur poursuit sa course folle à New York, à Tokyo, à Dubaï, à Shanghai, partout sur les places fortes, l’oracle fait la somme de tout ce qui compte sur terre. C’est comme ça qu’avance le monde mon gars, par coups, par interactions. Si tu ne possède aucune possibilité de faire bouger une étoile, le monde avance sans toi. C’est comme si tu n’étais jamais né. La plupart des gens d’ici n’existent pas, tu ne trouvera nulle part un chiffre qui les prend en compte dans la grande équation qui fait la somme du monde. On ne peut les additionner, les multiplier ou les soustraire de rien. DOW JONES ne les comptabilise JAMAIS. Il peut en crever des dizaines de milliers par jour que l’aiguille de la balance ne cillera pas. Tu sais HUNGRY, d’ordinaire un homme comme toi ou moi n’a aucune possibilité de faire bouger une valeur boursière. AU-CU-NE. Nous nous sommes élevés du néant pour tenir la $HELL à la gorge mon vieux ! Je ne sais pas si tu réalise la dimension. C’est comme si tu te tenais debout, là dans ton froc rapiécé et touchais les cieux de ta main calleuse pour dévier une étoile filante de sa trajectoire. Jamais tu ne feras rien d’aussi grand toute ta vie. C’est une opportunité qui ne peux se répéter deux fois. Si nous la laissons passer, nous retournons au néant. C’est ça que tu veux HUNGRY ? Grandis un peu, pose-toi les bonnes questions, c’est tout ce que je te demande. Tous ces gens que tu as tué, est-ce qu’ils t’empêchent de dormir ? Ben non. Comme tu dis qu’est ce que ça change un de plus ou de moins ? Rien. La seule chose qui change, c’est qu’aujourd’hui ton courage peut te rendre immensément riche. Pose-toi les bonnes questions c’est tout. A quoi aura servi ta vie ? Tu aura fait la guerre et tué des centaines de gens pour enrichir des hommes que tu ne connais pas, qui t’ont laissés pourrir sur place comme un chien et le moment où est arrivé ton heure, pour mener ta propre guerre, pour t’enrichir et devenir un Homme, un vrai, tu aura tourné les talons ! Est-ce que tu te le pardonnera HUNGRY ? Tu osera encore te regarder dans un miroir et te dire je suis quelqu’un ? Come on, donne du sens à ta vie. Ecoute, HUNGRY je double ta mise pour t’aider à y voir plus clair. 40 %. Ca te fera au minimum 1 million et demi…de dollars …

in « Gamblers »

Publicités