le dernier chagrin des belges

par Dorcy Rugamba

En Belgique comme dans toute l’Europe, il y a des coqs qui surplombent les girouettes au dessus des minarets clochers. Ces figures en métal rouillé représenteraient le coq de la Bible ayant chanté trois fois pour signifier à St Pierre qu’il venait de trahir le Christ.
Seulement voila, des paroissiens du petit village de Roesbrugge-Haringe en Flandre orientale, trouvent que ce coq au dessus de leur église est trop wallon à leur goût. Le plus sérieusement du monde, certains proposent de remplacer ce coq par un lion, emblème de la Flandre « Pourquoi devrions-nous accepter plus longtemps de laisser un coq au sommet de notre tour, le symbole des francophones? Le coq symbolise l’infidélité et l’adultère alors que  le lion symbolise la surveillance, l’attention et la sécurité disent les paroissiens.
Mais la charge la plus violente contre les gallinacés est venue de Pol Recour, le Président des paroissiens de l’église St Martin  » Un coq n’est finalement qu’une poule au masculin…  » 
J’allais conseiller aux poules wallonnes, de dire aux Flamands que le lion n’est qu’un gros matou qui vit aux crochets de sa femme, quand j’ai appris qu’en représailles, un jeune wallon proposait de déboulonner le lion de Waterloo, pour le remplacer par un coq gaulois bien droit sur ses ergots !
Ainsi va la Belgique ! Si le monde pouvait aller aussi mal, il y aurait beaucoup d’éclats et moins de sang…
Publicités